⚠ Portes ouvertes du lycée Renan le samedi 17 Février !!!

Valérie Delattre et la fabrique des anges

Valérie Delattre

10.11.22

Jeudi a eu lieu à l'amphithéâtre la première rencontre des INsolences d'Ernest sur le thème Esprits de famille : l'archéologue de l'INRAP Valérie Delattre est venue évoquer la fabrique des anges, autrement dit les rituels qui depuis la préhistoire jusqu'au Moyen-Âge aident les parents à affronter la mort du nouveau-né.

J'ai choisi de travailler sur les vulnérabilités, a-t-elle expliqué aux élèves en leur montrant que l'approche biologique et l'approche culturelle s'associent pour permettre de comprendre une émotion du passé, au-delà d'une analyse de la matière osseuse. De tout temps, la mort prématurée d'un tout petit a été considérée comme un drame par ses proches et les rituels de passage sont alors essentiels : parmi eux, le répit médiéval permet de baptiser un nouveau-né et d'apporter une forme de consolation aux parents. L'archéologie préventive permet de fouiller des sites qui nous aident à mieux comprendre ces rituels.

Quand on dessine un vestige, on le comprend, quand on le prend en photo, on se dit qu'on le comprendra plus tard a souligné Valérie Delattre, attachée au dessin mais aussi à l'écriture : ses études littéraires lui ont beaucoup servi. Elle a aussi insisté sur l'éthique de l'archéologue, en décrivant le travail qu'elle a mené avec un échographe pour donner un âge aux restes de bébés découverts lors d'une fouille près de Vaux-le-Vicomte. Peut-on sonder le sol pour faciliter les fouilles ? Cette question d'un élève a permis à Valérie Delattre d'expliquer le fonctionnement du Lidar, qui permet de faire des relevés topographiques, mais ne peut pas se substituer aux fouilles.

La conférence a été suivie d'une table ronde sur les métiers du patrimoine, à destination des étudiants d'Hypokhâgne, avec Valérie Delattre et Olivier Agogué, administrateur des monuments nationaux de Bretagne, directeur du Musée de la Préhistoire de Carnac, Yolaine Coutentin, conservatrice aux Archives municipales de St- Brieuc, Cécile Oulhen, conservatrice du patrimoine, direction régionale des affaires culturelles (DRAC), Rennes.